LES LILIACÉES:

P. J. REDOU TÉ.

AAA A ሙር ك‎ тинин =

; TNR NES to 5 abans ma N Ж МЕТНІС эе od d A E

|

LES LILIACEES:

PAR

Р. Ј. REDOUTE.

DREN OB МУ ЈУ ДА RSS RS У LOL У CL AL LOL Le CLI SOLAS SII

TOME SEPTIEME.

ONIN У У УУ EE EN Td BEEN NE ELE Al Wt IP

A PARIS,

CHEZ LAUTEUR, RUE DE SEINE, HOTEL MIRABEAU.

DE ТТМРЕТМЕ ТЕ DE.DEDOT J-E UNE нота.

Mo. Bot. Garden, 1894

MUSCARI BOTRYOIDES.

Fax. des Aspnopies. Juss. HexANDRIE monocyte. Дам.

Muscari. botryoides. М. floribus globosis, inferioribus remotioribus, foliis

strictis sublinearibus basi angustatis. Fl. rong. éd. 3. vol 3. p. 208. symps. 1927.

Hyacinthus botryoides. ሺ. corollis globosis uniformibus: inferioribus remoto:

ribus; foliis strictis linearibus basi angustatis canaliculatis. ДУ. sp. pl 5

р 170. Ай. Кеш. ed. ой. 2. p, 283.

Hyacinthus botyoides. Н. corollis globosis uni

ribus, foliis canaliculatis latiusculis strictis. Lam. dict 1. р. 198.

Hyacinthus botryoides. Н. corollis globosis uniformibus, foliis canaliculato-

eylindrieis strictis. Lin. sp. pl. 455. Scop. Carn. n. 424. Curt. мал. mag,

Pers, елей 1. p. 375. lobosis secundis, Hall. Helv.

Hyacinthus folis gramineis, spied ovata, floribi

Hyacinthus corollis globosis, Hort. ОЁ. 126. Hort. Ups. 85. Roy. Lugd. 28. Hyacinthus corollis globosis, foliis in eylindrum convolutis, Sew. Monsp. 19.

Muscari caeruleum majus. Талі inst. 247.

Hyacinthus racemosus caeruleus major. Вай. pin. 42.

Hyacinthus botryoides vernus minor Iatifolius caeruleus inodorus J. Bau,

hist. 2. p.

Hyacinthus botryoides purpureus tertins, Clas. 04.1. pe 181

Hyacinthus botryoides ceruleus amcenus. Lob. ie. 108.

MUSCARI BOTRIDE.

DE

CRIPTION

jolie petite plante diffère du Muscari à grappes, avec lequel elle a d'ail.

leurs beaucoup de rapports, par ses feuilles plus Ја

et plus droites, par ses igone. Sa bulbe est rosseur d'une petite noix, couverte de tuniques d'un brun pâle, Elle

q feuilles d

беш» plus éeartées, et par la forme presque sphérique du ovale, de L

émet un faisceau de quatre ou сй

бок, formes, linéaires, longues.

de près de deux décimitres, la

comme demi-cylindriques, triées sur le dos, un peu obtuses, d'un vert pâle

Entre ces feuilles хеме, à la hauteur d'environ deux décimètres et demi,

тое ou deux hampes cylindriques droites, marquées de points d'un rouge brun,

Les fleurs forment une grappe longue de quatre à six centimètres, presque

cylindrique, амен serrée, quoique moins que dans le Muscari à grappes. Leurs

pélicelles sont longs de cinq à huit millimètres, pendants, d'un bleu pâle. A la baso de chacun d'eux sont deux braetées blanches extrémement ptites, et à peine visibles

Le périgone est en forme de grelot, à peu près sphérique, d'un blew vif médioerement foncé, Le bord de son ouverture présente six petites dents blan- ches, renverades en dehors,

Les étamines sont de moitié plus courtes que le périgone. Leurs filam sont en forme d'aléne, adhérente dans le bas, libres dans le haut, Ils supportent des anthères noires, en forme de cœur, réunies en faisceau. Le pollen est d'un jaune citrin.

L'ovaire est arrondi, vert, trois angles obtus, rétréci en pointe dans lo haut Le style ext filiforme, blanchätre, un peu plus court que les ctamines. Le stig-

HISTOIRE

Le Muscari botride est assez commun dans les champs et les vignes de Га rope méridionale. II est moins répandu dans les jardins qu'il ne mériterait de aire. Сем à M. Vandael que nous devons les individus qui ont servi à notre

description et à notre figure. Il fleurit au mois d'avril.

5 ~ 2 х Ne - ~ х 1 і i ioc 2 НО B © : H і Б 1 1 > й | : і + : В ) ; Ч H S 1 : | х : $ Т S ' ~ | 12 y 2 E A 5 5 ~ 3

FOR

МИ)

22

LEICHE СД къ |

Os

p ТЕРРИ 22002

СУР 27 САП” |

262262,

му 222

IXIA GRANDIFLORA.

м. des Inıs. ZUSS.—TRIANDRIE woNOGYNI. ይዘ

Ixia grandiflora 1. foliis subiliter stratis, spathis aristato-laceris, tubo brevi,

illato patentibus oblongo-cuneatis apice rotunda

laciniis « lateralibus, Lilia. л. 139. 1

Ixia aristata. 1. foli

ristata. I foliis linearibus, spathis aristatodentatis, Thunb. diss. п.

ssiformibus, seapo subcompresso flexuoso, spathis mem-

branaceis setaceo-Inceris, corolla: tubo brevissimo. Vahl enum. з. р. 71.

Ixia Hiliago. 1. glabra, foliis ensiformilinearibus planis «саро brevioribus, በሠ

ribus magniseampanulatis, tubo brevissimo, laciniis oblongis basi maculatis. Lilian. 109. lla

Timbo regulari, laciniis obovato:

Sparaxis grandiflora. $. spathis lincatis, сого

oblongis. Ait. Kew.

4. al 1. p. 85.

IXIA А GRANDES FL

URS.

OBSERVATIONS.

Quoique la plante dont nous donnons ici la figure nous paraisse une simple

variété de celle que nous avons déjà déerite sous le même nom il y a quelques

années, nous croyons utile de la faire connaitre, soit parce qu'elle offre des

ononcés, soit parce que cela nous donne occasion de faire

caractires assez р

quelques remarques. sur les nombreuses variétés de l'espèce à laquelle elle

ont

appar

Ello est plus grêle, dans toutes ses parties, que la variété multifloro

re plus gros qu'un pois. Les feuilles super

tubercule radical n'est g q.s 1 et profondément découpées qui

1

filament que termine un faisceau de cils. Les div

res étroites. La fleur est terminale, Outro les deux bractées membraneuses

brassent son tube, il у en a une troisième

ale plus petite, folincée, en forme 418168, rétrécie à son sommet en un

ions du péri

étalées, oblongues, obtuses, un peu rétrécies dans le milieu de leur longueur,

la base

violet uniforme, avec une tache irrégulière jaune à

d'un be

tte variété, dont un individu a fleuri au mi

Muséum d'Histoire naturelle, se rapproche, par sa tige uniflore , de celle qu diffère par

за tige plus dlancée, et par la forme plus rétrécie des divisions du péri

бо, et dont Li ora, mais elle с

observé dans le jardin impérial de Sèvres trois autres de la même espèce, qui toutes ont la tige chargée de deux оп trois fleurs m ouvertes que celles de la variété dont nous donnons ici la figure

Lune d'elles, dont la fleur est d'un beau violet, avec une tache blanche en formo de V à la base de chacune des divisions du perigone, a cela de par eulier, que le style dépasse beaucoup les étamines.

Les fleurs de la seconde sont intérieurement d'un blanc jaunätre. La partie moyenne de la Гасо externe des divisions du perigone est rayée de violet : c'est celledont M. Gawler ad

Les leurs de la troisième sont d'un blanc lilas, du moins intéricurement, La face externe des divisions du périgone est plus ou moins violette. Les divisions sont terminées par une petite pointe : à leur base est une tache violette en forme de V. Si l'on en except la forme de cette tache et le développement un peu plus grand de la petite pointe qui termine les divisions du perigone, cette

variété ressemble en tout à celle que nous avons fait connaitre sous le nom.

lago, et que nous avons regardée dans lo temps comme une espèce

distincte de lie grandiflora: maintenant nous sommes. presque certains que се ne sont, ainsi que Iria алаша de Thunberg, que de simples variétés d'une. même espèce, qui doit conserver le nom dia grand, plus exact que celui Ч unjfora donné par Linné, et plus ancien que celui Чала алмаш donné par Thunberg.

2 "NS | | | 262 / i 2 f | \ ИТИ VA - =

ችማ ЭГЭЛ ЭГ ዱዓ

302. : 1 1

——A с.

Va e

pr о

P መቹ

MM O i шшщ

5 EF መመ

A o ан

„ы

=”

EAS ÓN 2 ፈደ ረረረ 22

РЕ,

ut ii 27 с 7. Ира аа Ж 7 я

سے

G SD " 2 і 24/7 A A # 2709 ема», ሥሯ С “ሪታ д e

ALLIUM OBLIQUUM.

senopiurs, Jus s8. HEXANDRIE мохосухив, ይያጽ

Allium obliquum. А. саше planifolio umbellifero, staminibus filiformibus flore

453. Mill dict. n. 7. Lam. dict. л

bliquis. Zin, sp.

triplo longioribus, foliis p.65. Willd sp. pl. я. p. 67. Ait. Kew. ed. ай. з. p. 233. Mise. з. p. 808.

Allium ramosum. Jae. іс rar v. 4

Allium radice tunicatà, foliis planis lincaribus caulinis, capitulo umbellato

бле. Sib. 1. р. 49:

AIL OBLIQU

DE

RIPTION

Les lo

igues étamines de cet Ail, ses fouilles linéaires obliques, et surtout le ramean axillaire qu'il émet vers le milieu de ка longueur

fournissent des с

du même genre. Il sort d'une bulbe oblongue өн ovale, couverte de tuniques

blanches dans le bas, п

nettant par sa base des fibres ie à la i

nprimée, glauque, cou-

les. Vers le

iu, demi-eylindrique et

radicales blanches, nombreuses, assez longues. Sa tige ur de

cing à huit décimètres, Elle est droite, légèrement е

ines des feu

verte dans près de moitié de sa longueur par le

quart de sa hauteur, elle émet un rameau axillaie

dress.

villes sont distiques et paraissent toutes sortir de la tige. Leurs gatnes

dores, d'un vert pile avec des lignes longitudinales plus foncées. Le de deux con. n de ses bords

imbe est linéaire, étalé, lo

በዩ, plane, glauque, d est plus élevé que Гану

Les flours sont verdátres, petites, et disposées en une ombelle presque sphé-

rique, dépourvue de bulbes, La spathe qui les entoure est à deux valves n

braneuses, ovales, à ps gues que les pédicelles,

Les divisions du périgone sont ovales, concaves, un peu aigués, demmi-talées,

d'un vert pal pile, ja

aes de quatre m

Les étamines sont presque trois fi Leurs

filaments sont en forme де soies, blanes, dressés, libres dans toute le

Les anthères sont ovales, jaunes, vacillantes, très peti

L'ovairo est vert, ovale, un peu rétréci dans le haut, surmonté par un style

blanc en forme de soie, plus court que les ctamines, Le stigmate est simple

HISTOIRE

ТАЙ oblique est originaire de Sibérie. On le cultive dans la plupart des jardins de botanique, il vient trös-bien en pleine terre Il በ68 au mois de juin.

г . 7 à б

ААА МГ gt.

оте

Á—á ——— ——— - : == - E 5 - €— - = ---- = = ширтэн р O LL A u = ፡፡ T 5 > - —— - 5 я በክ - у ч T" = = z = Zei TUTTI , й " TM መ” ------<-- ТИ E EE m а лаана чал. + = = ሬፍ / 4 Ж , | 2 x : m С хэ ко 7 \ і А

1

e RE

тете

арт лем

ше

ж Moule ሥሥ.

/ ЖА

е

GLADIOLUS TUBIFLORU

Fax. des Тата, Joss. TRIANDRIE MONOGYNIE. Lrw.

Gladiolus tubiflorus.6. hirsutus, foliis nervoso-plicatis,scapo tereti polystachyo, oribus distichis sursim.subiecundis, tubo longissimo,tereti, laciniis sub.

aequalibus patulis oblongi

йоги». б. caule te

дао

Lin. f зр 96. Lan. dit. з. р. 728.

Gladiolus tubiflorus.G. polystachyus, tubo corolla longissimo, spathi olisque шік. Thunb, glad. n. 23. 4.9. Да."

jssimo, spathis folfisque hi

ellipticis plicatis hi

Gladiolus tubillorus. б. foliis incari-lanceolat

villosis subplicatis capo lon- Ait. hort. Kew. 1. р. бэ."

+ladiolus tubillorus. С. picis secundis corolla: tubo longissimo, laciniis lineari

gioribus, tubo longissimo, spathis ከክ.

Tanccolatis subiequalibus immaeulat pe 112? excl. yn. Lam. olus tubillorus. С. pol

; foliis nervoso plicatis, Mahl. enum. з.

6

iliformi longissimo, spathis villosis

sp. pl t. 219. Enim. 1. p.61

GLAYEUL TUBIFLOR

DESCRIPTION.

Une bulbe ovoîde, brune, un peu déprimée, donne maistance à toute la

ortent de la bulbe embrassent la h

plante: les feuilles qui пре par k

peine on peut стой qu'elles n'y sont pas

js feuilles ont une 5

forme, lancéolé, plissé longitudinalement, muni de nervures parallèles, dressé

et se tenant dans une situation verticale : il est convert de petits poils courts,

y de ces feuilles varie d'un à deux decimätres;

mols et nombreux ; la long tla la La hampe est eylindrique, presque droite, plus courte que les feuilles aupé-

‚eur, qui est еп raison inverse de la longueur, de deux à un cent

rieures, hérissée de poils mols et nombreux; divisé al

distiques, ou exactement alternes elles tendent à se diriger du côté supérieur,

i dès leur base portent des fleurs, Cellesci sont sessiles, serréen,

de sorte quo chaque épi fora

uno espèce de nacelle concave,

La враћен velue comme la tige un peu for

de trois valves; l'inféricure ext grande, concave, en

embrassante égale à

dela largeur du tube. La supérieure, qui est aussi

de moitié plus courte, divi sillantes,

entre lesquelles est une membrane scarieuse qui forme un angle rentr

1, eur. La structure de cette valve est absolument semblable à celle de la valve

interne des glumes des Bromus, Lorsqu'on enlève ces deux valves, on trouve sous l'nférieure une troisième valve membraneuse comme une pelliculo, entire et appliquée immédiatement sur l'ovaire, dont elle dépasse à peine la longueur.

Le périgone a le tube long de sept à huit centimètres, cylindrique, ou à peine. биљне ከህ sommet d'un violet très-pâle, adhérent, par а base, avec l'ovaire. Ш. sedivise à son sommet en six Ianibres ouvertes, obl

gues, un peu deartées d'un.

jaune abricot tris-pale, munios endehors, surtout les extéricuros, de bandes longitudinales tirant sur le violet, pointues à leur extrémité, et les troi inté- rieures terminées par de petites pointes rougedtres et coniques, Les troi lani inférieures (qui souvent paraissent supérieures à cause de Із torsion du tube) sont marquées sur lo milieu de leur face interne d'une belle tache plus large dans les deux latérales que dans cello du milieu : l'entrée de la gorge est marquée par dix raies rouges; savoir, deux à la base de chacune des cinq lanières inférieures. La supérieure seule en manque; celle-ci est un peu plus lange que les autres, dressée et conenve au commencement de la fleuraison , puis étalée comme les autres. Les amines, inséeées sur le tube saillent un peu hors de la gorge, et sont dirigées vers le côté supérieur de la fleur. Les anthères sont linéaires, droites, présentent le dos à la lanióre supérieure, et répandent un pollen blanchatre.

lovaire est vert, ovoîile, à deux sillons situés sur son eóté supérieur, à deux

ges séparées par une cloison transversale, La troisième loge, dont on ne voit que le rudiment avorté, est placée sur le côté supérieur de l'ovaire lo style est. geile, filitorme, égal à la longueur des étamines, terminé par trois stigmates 4;

Le fruit n'est pas venu à maturité

HISTOIRE,

Le Glayeul tubillore est originaire du Cap de Bonne-Espérance, et exige la méme culture que ses congénères. 2.

Nous 16 décrivons dans le Jardin de Montpellier, ой il Neurit dans les pre aniers jours de mai.

OBSERVATIONS.

On ne peut comparer cette espèce qu'avec lo Gladiolus ዘሪ ot le Gladiolus inclinatus: По diffère de Tun et de l'autre, parce que sa hampe se divise en plusieurs épis; que ва spathe ке compose de trois valves аш lieu de deux, et que ха lampe est peu on point бас de côté. Ш diffère en outre, 12 du 65 batis (Jae ie. rar 2. 2. 264.) par ses lanières Morales, toutes слабе, et dont la supérieure n'est pas sensiblement droite et concave; 27 du б. 5088 (Lil 1.443) qui est lo G. ота de Jacquin (ie. rar. 266.), par le grand nombre et la disposition des leurs qui composent chaque épi.

Cette plante appartient ай genre кожна, établi sous le nom de Babiana par M. Gawler dans les Annas of Bot

ӨТІЛДІ

Еноми

rennen

аана

COPEL,

ЖАЗА

7 7 2.

|

" - m = TET

Е ЭР қ " - ' : " и ьо ATT E /——————: " АИ ER ORT ES а

en PEER A ето

س سی‎ ЕА Е РИМЕ ЕРЫ ip 95 ج‎ ОСН a Hi - ны е

—ÀMMÀ—— M Á———— À цаад му

BUSCA dt Алашты Де ОДА a ти. M MM р НІЙ

“ер ,

2

» у FISCH

[a

2 227 tl À % Ж

2 4

IRIS SQUALENS. Fa. des Inıs. Jvss.—TRianpniz мохосумтв. LIN Iris squalens. I. Darbata, folii ensiformibus glabris erectis brevioribus scapo.

‘multifloro, laciniis corolla: deflexis replicatis, erectis emarginatis. ГРА, sp. pl 1. p. 228. Pers. en

ПЕН

Tris squalens, 1, barbata, foliis ensiformibus glabris ere

multilloro, petalis deflexis replicatis. Thunb. diss, n. 11

Iris aqualens. I. corollis barbatis, caule foliis altiore multilloro, petalis erectis 95.

Iris squalens. 1. corollis barbatis, caule foliis altiore multifloro, petalis deflexis

Lin. sp. pl. 56. Mill dir. n. 2. ያህ enum. pl.

emarginatis squalidè flavis. Lam. dict. 3. p.

replicatis, erectis emargi

aol з. р. 129. Iris sambucina, var. В. Gaul. in Curt. bot, mag. 787. Ait, Kew. ed. ой. à p. 119. Tris variegata. ታዬ 1. p. 7.4.52

ris folio lato, rugoso, florum petalis repandis ex purpureo sordido pallido et

E «чы, A ee aR RR

IRIS SALE

DESCRIPTION.

Nous sommes disposés à adopter l'opinion de М. Gawler, qui re

Tris comme une simple variété de Iris à odeur de sureau : cependant, comme

les différences qui l'en séparent par

aucune pr quant à

уе qu'elles puissent s'évanouir par la culture, nous suivrons encore,

présent, l'exemple de la plupart des botanistes, qui la considèrent

Sa racine charnue et noueuse donne naissance à des feuilles assez scmbla-

bles à celle de Iris Germanique, mais plus vertes et un peu plus étroites. Sa

tige s'élève de cinq à huit deeimötres, Elle est cylindrique, plus on moins ra mese, chargée de quelques feuilles semblables aux radicales, quoique plus petites. Les fleurs sont terminale nbreuses entourées de bractées

vales, concaves, un peu aigués, d'abord légèrement foliacces, mais deve

b

membrancuses en se desscchant

Le tube du périgone est lisse, cylindrique, d'un vert pile, long d'un centi

mètre. Les trois divisions extérieures du limbe sont oblongues, enti?

trés-légirement éel

anerées, plus ou moins froncées, étalées, et méme un peu.

recourbées en dessous. Leur couleur est pourpre vers l'extrémité, jaunätre à la base avec des veines pourpres, Les poils ou filaments, dont leur ligne moyenne est hírissóe dans In moitié Чо ка longueur, sont longs de trois millimètres, jaunes, tachés de pourpre à leur sommet, Les divisions intérieures sont un peu plus courtes que les extéricures, dresden, elliptiques, portées sur un on

courbé en gouttière, ondulées, gin иез, d'un jaune geisätr sale

uniforme dans presque toute leur étendue, marquées seulement dans le bas

de quelques veines d'un pourpre sale.

Los filaments des étamines sont blanes, en formo d'alène. Ше supportent des anthires blanches et oblongues. L'ovaire ем ovale-oblong, à six sillons peu pro fonds. Le style estsoudé au tube du périgone. Les stigmates sont jaunes, ovales oblonge. Leur livre externe est courte, arrondie, entire. Linterne est beaucoup

plus grande, partagée en deux lobes a ent dentelós. HISTOIRE,

Lis sale est originaire des parties méridionales de l'Europe. Elle ext plus répandue dans les parterres que d'autres espèces beaucoup plus jolies, et tout aussi faciles à cultiver

Elle fleucit au mois de juin.

EXPLICATION DE LA PLANCHE La Plante de grandeur naturelle.

étamines et les stigmates

(HI

VACIA

SE

№.

А

паси

Out 2

4

P йг С doute т 7

а © Жи Se

CAME ,

De ሥሪ ሠሪ ДД 2

መቸ еее.

Ч

IRIS PALLIDA.

PRrANDRIE, MoNOGYNIE. Lr.

Fa, des 1815. Joss.

vis pallida L corollis barbatis, foliis caule multifloro brevioribus, lloribus sess ibus, spathis albis, Май. enum. 2. p. 197.

Iris pallida. 1. barbata, foliis ensiformibus glabris falcatis brevioribus seapo. :nultiloro, tubo longitudine germinis. ЛРУ. sp. pl. 1. p. 230. Ait. Kew. éd. al. p.119.

Iris pallida. 1. corollis barbatis, caule foliis altiore multifloro, spathis albis

Lam. dict 3. p.

Iris G

Iris odoratissim: Moro, petalis m

ris hortensis pallid’ ew

Iris dilué е

4 Hir. 1. pe

ir. à pe Ба I. barbata, foliis ensiformibus glabris brevioribus scapo dine omnibus sequalibus.Jaoy. он. Schenbr. 1. p x. Вай. pin. Зи. n. 3. Тоштиу inst. 358,

involucro albo, Табет. ie. 647.

manica, var. እ? Pers. е

B. minor.

sis pallidi caerulea involuero albo minor. Touacf. int IRIS PALE. DESCRIPTION

Cette Iris, l'une des plus belles et des plus grandes espèces que nous con

nue, brunätre, noueuse, marquée de rides

naissions, sort d'une racine ch 2 s

partie de sa lon,

‚versales. Sa tige droite, cylindrique, glauque, simple dans la plus

ааг, ramense dans le haut, s'élève à un mètre ou un metre

emi de hauteur. Les fouilles radicales sont lancéolées, aiguës, un peu en

de faux, trös-glauques, larges de quatre à six centimètres, longues de

mètres, Les feuilles caulinaires trés-peu nombreuses, sont

deux à quate semblables aux radicales, mais plus petites.

Les fleurs sont grandes, terminales, assez nombreuses, d'un bleu раје. Elles iab

Les spathes qui les entourent sont formées de trois өш

exhalent une odeur с, analogue à celle de Iris plissée, mais plus faible.

concaves, obtutes, entièrement blanches et membraneuses, même avant

l'épanouissement des fleurs.

L'ovaire est ovale, à six опа peu profonds. Le tubo du périgone est épais,

oblongues, longues.

peine aussi long que lui. Les divisions extérieures du limbo sont ovales-

huit centimètres, trös-dilatees vers le mité, pen-

n peu crenelées et légèrement

dantes dans plus de la moitié de leur longueur,

échanerées au sommet. La moitié infer je moyenne est hérissée

de filaments blancs dans le bas, jaunes au sommet, longe de quatro à six milli mètres, Leur couleur est un bleu lilas trant sur Је violet vers leur extrémité ns intérieures sont dressées, ondulées, d'un blew llas uniforme. Leur

Los filaments des étamines sont Blanes, et en forme d'aléne. Les anthères sont Бовайев, d'un blane jaunâtre.

Les stigmates sont ovaleslancéolés, de la méme couleur que les divisions du périgone. Leur lèvre externe est trés-courte, blanche et entière. externe est

partagée en deux lobes ovales aigus, dentelds sur le bord externe HISTOIRE,

On ne sait pas précisément quelle est la patric de Ми pâle, mais on pré- sume qu'elle est originaire du Levant. On la cultivo depuis trés-long-temps dans le Jardin du Muséum d'Histoire naturelle, et elle ем assez répandue

los jardins des particuliers, Elle fleuri au mois de juin et à la fin de mai OBSERVATIONS.

On a longtemps confond cette Hrisavee Iris Germanique, dont elle diffère cependant par un grand nombre de caractères, Elle s'élève beaucoup plus. Ses fouilles sont plus larges et d'une couleur glauque bien plus prononcée. Les spathes sont entiórement blanche et membrancuses, même avant l'épanouis- sement des fleurs Le tube du périgone atteint rarement la longueur de l'ovaire, et nela dépasse jamais. Les divisions extéricures du libe sont plus décidément pendantes. Tous ces caractires nous paraissent constants, et il est fort probable que si M. Dumont de Court a cru qu'il en était différemment, cela tenait à ce ía pas connu notre plante, mais seulement une variété de Гн 6

à fleurs d'un bleu clair.

EXPLICATION DE La partie inférieure de ha ige, ele haut de la Plante de grundcar nature

з. Une des divisions extérieures du périgonc

a, L'ovaire et les atigmates,

аят

трна EEE

=> " > | >” В TIES г ut | | = | | | | 3 e ММ» > З Ф x u ^ 4 ; - *

ан

" 4 —— GE оды + = = Ч —— = ТРИ в ^ à 227 7 28 : г 5 er ій Х 2 Tr = т> ше o e 3 T" Y 3 шанг à CNET D sa ——— + Ы тш ы ne t orm pr gis : -- : : EN à 5 3 “э ጫ፦- x БЕ ee 2 =. ЛИЕ ENS E = - женге) AT я ጨረረ... ኢመር በመ “መር AAA tr ረር y Spem РА ПА КЕЛЕ NET ерттер Т - በዘረ ER

202 ;

LA

\ ~

Я ера ,

45 Pu ы 3 ~ + N \ ? т ? 3 > መሠ

COMMELINA RUBENS. Fax. des Томов. Juss.—TRIANDRIE MONOGYNIE. LIN. Commelina rubens. C. corollis inaequalibus, caulibus procumbentibus hispidis, Toliis lanceolatis inferné pubescentibus, vaginis hispidis, involueris cor

datis plicatis, pedunculis brevissimi

COMMÉLINE ROUGEATRE.

DESCRIPTION

1

caractérisóes, et en général trés-imparfaitement décrites, il est souvent fort

spices qui composent le genre Comméline étant trös-nombreuses, mal

dilicile de les déterminer et de reconnaitre si elles ont été déjà indiquées dans Jexonvragesdes botanistes оп si elles sont entièrement nouvelles. Nous pensons,

mais sans en avoir de certitude, que celle dont nous allons donner la description.

est dans ce dernier cas. Si nous venons à nous apercevoir que nous nous soyons.

dansle bas, plus ou moins redressces

breux un peu roides. La moitié environ de chacun es des feuilles

Les feuilles sont lancéolées, rétrécies à la base, aiguës, à peu près glabres

tervalles compris

еп dessus, pubescentes en dessous, un peu erépues ou onduldes sur les bords,

ne est entière ou fendue latéralement,

у hérissée de poils courts et nombreux, ciliée sur le bord

Les fleurs sont disposées en Raisccaux ou ombelles ter

les, que supportent des pédoncules très-courts, Chacune de ces ombelles est formée. de trois өш q

сас le long de la nervure moyenne. Les pédicelles sont longs de cinq mil:

» forme de cceur, pliée еп

ire flours, et entourée d'une краће foliacée ,

Timétres environ, assez épais, La partie du pédoncule commun, qui est г

fermée d Le

tres, etontl'apparence d

ns la spathe, a prés d'un centimètre

igone est à six divisions profondes, dont trois extérieures sont verdä-

calice, tandis que les autres sont bleues, et peuvent

être considérées co

me la corolle. Les trois premières sont petites, ovales,

ves. La supérieure est un peu plus étroite que les autres, Les trois inte

d'as-de-pique, plus larges que

longues, un peu ondolées sur les bords, Les deux supéricures sont portées par un onglet long de quatre ou cing millimètres, L'inférieure est presque sessile

Los tois étamines inféricures sont fertiles, presque droites, à peu près aussi ¡ue le périgone. Leurs filaments sont bleuátres, en forme de soies, Па supportent des anthères jaunes, ovales, dont la moyenne ou inférieure ем échancrée et comme fourehue à la base. Les filaments des étamines stériles sont plus courts et beaucoup plus gréles. Les corps jaunes qui les surmontent sont composés de deux petites masses oblongues, arquées réunies auprès de leur extrémité, la plus grêle par une branche transversale Losaire est ovale-tiangulaire, d'un vert pâle, surmonté par un style bleu filiforme. Le stigmate est petit, en forme de tête, à trois

Nous n'avons pas vu le fruit

HISTOIRE

La Comméline rougeätre ext culti

dans les serres et dans les couches du Jardin du Muséum d'Histoire